En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Musique

12:00 24:00

Emission en cours

Musique

12:00 24:00

Background

Michael Mutzner : l’Alliance évangélique mondiale fête ses 10 ans de présence à l’ONU à Genève

14 janvier 2022

Voilà 10 ans, l’Alliance évangélique mondiale ouvrait une représentation permanente à l’ONU à Genève. Il s’agissait de donner une voix aux évangéliques auprès du Conseil des droits de l’homme. Bilan de ces dix ans avec Michael Mutzner, la cheville ouvrière de cette représentation. A écouter en version longue dans « Un R d’actu » sur RADIO R, l’édition diffusée le 12 janvier.

« Sans l’attention que nous avons portée aux fermetures d’Eglises en Algérie, il est possible que davantage de lieux de culte auraient encore été fermés. » Michael Mutzner est depuis 10 ans le permanent de l’Alliance évangélique mondiale à Genève à temps partiel. Ce juriste suisse de formation y joue le rôle de relais des évangéliques de la planète auprès des instances onusiennes pour faire résonner leurs préoccupations, notamment dans le domaine du respect de la liberté religieuse. « En Algérie, il y a depuis plus de 3 ans 16 communautés locales, membres de l’Eglise protestante d’Algérie (EPA), qui sont fermées, explique Michael Mutzner. Nous avons alerté les mécanismes onusiens de cette situation de manière régulière. Ces mécanismes à leur tour demandent des comptes aux autorités algériennes. Nous envoyons ainsi le message à l’Algérie que ce qu’elles font aux Eglises évangéliques ne passe pas inaperçu. »

Une voix qui manquait au concert des nations

C’est début 2012 que ce bureau a ouvert à Genève avec de petits moyens. Michael Mutzner y travaillait à 20 pour cent avec un collaborateur bénévole. « Nous sommes reconnaissants pour ces 10 ans d’existence et pour le fait que nous avons pu établir cette voix des évangéliques à l’ONU. A l’époque, complète-t-il, c’était une voix qui manquait au sein du concert des nations. » Depuis, les diplomates et les instances onusiennes sont régulièrement informées des préoccupations des évangéliques à travers le monde, notamment à propos des violations des libertés religieuses dont ils sont victimes. Vice versa, cette permanence permet de faire connaître aux Alliances évangéliques nationales les discussions qui ont cours autour de chaque pays. L’équipe de cette représentation permanente, qui s’est étoffée, depuis suit par exemple de près l’examen périodique universel que chaque Etat membre de l’ONU passe tous les 5 ans par rapport à la manière dont il respecte les droits humains et la liberté religieuse. « Dans 80 pour cent des cas, la préoccupation de nos membres touche à cette liberté fondamentale », ajoute le juriste suisse.

La République centrafricaine et la Suisse

Parmi les moments forts de ces 10 ans, Michael Mutzner mentionne sa collaboration avec la plate-forme interreligieuse de République centrafricaine, constituée du président de l’Alliance évangélique de ce pays, du cardinal de l’Eglise catholique et d’un imam représentatif des musulmans. « Pendant quasi 10 ans, nous avons contribué à donner une visibilité au travail de cette plate-forme en valorisant leurs efforts tant en faveur de la paix et des droits humains, que de la tolérance religieuse. » Le soutien de la représentation évangélique à l’ONU a permis d’encourager cet engagement et de le mettre en avant dans certains cercles internationaux en vue de l’obtention de prix qu’ils ont d’ailleurs obtenus.
Lors de l’examen périodique universel de la Suisse, la représentation évangélique a aussi eu l’occasion de soumettre un rapport sur la traite des êtres humains, notamment par rapport à la prostitution forcée. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga était en train d’examiner cette question et elle s’est montrée ouverte à mettre en place un plan d’action national en dialogue avec l’engagement de certains évangéliques suisses dans ce domaine. « La ministre est venue ensuite présenter son plan d’action lors d’une conférence annuelle de StopPauvreté, la campagne de lutte contre les inégalités sociales en lien avec le Réseau évangélique suisse. »

Interagir de manière constructive avec les autorités

A titre personnel, Michael Mutzner voit dans cet engagement une « manière de servir Dieu et d’être utile au prochain ». « Je n’ai jamais voulu que mes choix de carrière ou mes projets soient liés à un accomplissement purement personnel. J’aurais trouvé cela vide de sens. » C’est pour cela qu’à côté de son engagement à l’ONU, Michel Mutzner s’implique dans « Christian Public Affairs », un organe qui plaide en faveur de thèmes qui préoccupent les évangéliques au parlement suisse à Berne. « Ce que j’ai à cœur, c’est ce trait d’union entre Eglise et société ou entre Eglise et politique, en vue d’aider les chrétiens à interagir de manière constructive avec l’Etat. »
Serge Carrel
Le site de la permanence de l’Alliance évangélique mondiale à l’ONU.

Ecouter l’interview de Michael Mutzner dans « Un R d’Actu »: