En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Musique

11:00 14:00

Emission en cours

Musique

11:00 14:00

Background

Jacques Poujol : « Eglises et paroisses ont besoin d’un regard externe pour éviter les abus notamment spirituels »

27 avril 2023

Dans le monde évangélique francophone, il a publié plusieurs ouvrages sur les abus spirituels. Le pasteur et psychothérapeute Jacques Poujol a participé à deux émissions « Un R d’Actu » sur Radio R. L’occasion pour lui de présenter les abus spirituels et les façons d’y résister. Transcription d’une partie de ces deux interviews. A lire et à écouter.

Jacques Poujol, vous avez un propos corrosif à propos des abus spirituels en lien avec les Eglises ! Vous dites : « Plus c’est grand, plus c’est abusif ! » Qu’entendez-vous par là ?

Cela ne veut pas dire que toutes les grandes Eglises sont abusives, mais le risque pour une Eglise d’être abusive est multiplié par le nombre des participants.

 

Vous êtes donc partisan dans le domaine des Eglises du « small is beautiful ». Donc plus la communauté chrétienne est petite, moins elle a de risques d’être abusive…

Non ! Je connais des petites Eglises qui sont aussi abusives ! L’important, c’est que dans toutes ces Eglises, il y ait des contre-pouvoirs. Si je suis responsable, il ne s’agit pas de prendre l’adjoint que j’ai nommé ou qui a été nommé par l’Eglise pour faire office de contre-pouvoir. Ce ne peut être que de l’extérieur du groupe que quelqu’un de compétent va pouvoir jeter un regard sur le vécu d’une Eglise, que ce soit du point de vue des finances ou de l’enseignement.

 

Actuellement, vous êtes en train, avec des Eglises en France, de mettre en place une sorte de système d’alerte pour des personnes qui auraient l’impression d’être victimes d’abus spirituels. Que cherchez-vous à faire à travers cela ?

L’association de formation Empreinte temps présent dans laquelle je suis impliqué a été sollicitée par des Eglises pour mettre en place un système qui permette de repérer les abus et de les travailler. Je ne participe pas au vécu de ces communautés. Je suis extérieur à elles et je ne suis pas soumis aux autorités de ces Eglises. Notre groupe peut donc avoir un regard neutre par rapport à chacune d’elles, lorsqu’un abus est signalé.

 

Il y a donc une sorte de numéro vert, comme on dit en France, pour signaler quelque chose qui serait abusif…

Ce ne sont donc pas les responsables de ces Eglises qui ont nommé les responsables de l’écoute à ce « numéro vert ». Ce sont des gens tout à fait extérieurs.

 

Et là, vous n’avez pas peur que ça tourne, lorsqu’on n’est pas d’accord avec son pasteur ou son directeur de chorale, à de la délation…

C’est dans l’écoute qu’il sera possible de discerner si c’est de la délation. L’écoute sera faite par des professionnels.

 

Pour vous aujourd’hui, c’est une manière de faire qui permet de bien gérer les questions d’abus spirituels ?

Je ne dis pas que tout est parfait, mais une telle initiative donne les moyens d’avoir une écoute à trois dimensions : une écoute spirituelle, psychologique et personnelle. A mon sens, cela peut être intéressant à vivre.

 

Aujourd’hui exercer une discipline au sein de l’Eglise, notamment en lien avec des questions éthiques peut apparaître abusif à certains. Comment gérer cela ?

Une Eglise doit disposer d’une charte non seulement par rapport à ce qu’elle croit, mais aussi à son fonctionnement. Si on me dit que le culte est à 10h, le culte est à 10h ! Je ne vais pas venir et dire tout seul : « Je veux que le culte soit à 8h ou à 11h ! » Il y a une charte et je la connais. Il y a problème et cela peut constituer un abus quand il y a un mensonge sur la charte.

 

On pourrait prendre un cas concret : les Eglises en Suisse connaissent un débat vif sur l’homosexualité et sur la manière d’accueillir de telles personnes. Comment gérer cet accueil sans être abusif ?

Si l’Eglise annonce clairement qu’ici on ne recevra ni les « verts » ni les gens qui affichent la couleur rouge, alors cette Eglise n’est pas abusive. Le problème réside dans le fait de ne pas exprimer les choses ou de faire croire que c’est comme cela, alors que l’on pratique autre chose.

 

Dans notre société aujourd’hui, il est donc possible à une Eglise d’afficher des convictions éthiques fortes. Si elles sont mises à disposition des membres, ce n’est pas un système abusif…

Ceci dit, on peut avoir des convictions fausses aussi qui sont abusives. Si par exemple je dis dans mon Eglise : « Les femmes n’ont pas droit à la parole ! » Bibliquement, c’est abusif ! Socialement aussi d’ailleurs ! Et là concrètement, cela veut dire promouvoir de la formation biblique et théologique pour essayer de travailler ces questions.

 

A l’avenir, les efforts que vous menez contre les abus spirituels vont-ils porter du fruit et réduire les possibilités d’abus dans les communautés chrétiennes ?

Mère Teresa disait devant la multitude de pauvres qu’elle rencontrait à Calcutta : « Chaque personne est importante ! » Je pense un peu pareil. Chaque personne est importante. Notre système en Occident, avec la compétition que nous connaissons, nous pousse à être des gens qui gagnons au niveau du groupe et de sa grandeur. Mais ce n’est pas le message de l’Evangile. Jésus-Christ regarde chaque personne une à une. Et il connaît chacun par son nom et lui propose un discours de non-puissance et de vie.

A mon sens, on peut « prophétiser » que les communautés qui sont dysfonctionnelles et qui grandissent dans le dysfonctionnement ne connaîtront pas de troisième génération. Elle sera perdue. On sait déjà que les enfants de leurs enfants s’éloigneront de la foi.

Il est donc important pour chaque communauté chrétienne de bénéficier d’un regard extérieur sérieux qui prend connaissance du vécu communautaire et propose des correctifs. Il y a des communautés qui font déjà cela et qui sont aidées pour être moins dysfonctionnelles. L’avenir est de ce côté-là !

Propos recueillis par Serge Carrel

Jacques Poujol, Abus spirituels. S’affranchir de l’emprise, s. l., Empreinte temps présent, 2015, 104 p.

 


Ecouter deux émissions sur les abus spirituels avec Jacques Poujol

Sur Radio R, l’émission « Un R d’Actu » a eu l’occasion de recevoir à deux reprises Jacques Poujol pour des interviews sur les abus spirituels :

  • « Jacques Poujol : les abus spirituels ? », Un R d’Actu, 18.01.23.

  • « Jacques Poujol: résister aux abus spirituels », Un R d’Actu, 18.01.23.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *