En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Musique

11:00 12:00

Emission en cours

Musique

11:00 12:00

Background

«A-t-on le droit de prêcher dans les transports publics?» par Michael Mutzner

12 janvier 2023

Une jeune évangélique fait le buzz en France avec une vidéo qui collecte des millions de vues sur les réseaux sociaux. Dans cette vidéo, Erin est filmée par sa mère, pasteure. Elle prêche l’Evangile dans une rame du métro à Paris et suscite la colère d’un usager, qui lui intime de se taire. C’est la maman-pasteure qui a décidé de publier cette vidéo. Elle salue ainsi le courage de sa fille face à la haine et aux insultes de certains usagers. Michael Mutzner est assistant parlementaire et lobbyiste au Palais fédéral à Berne. Spécialiste des questions de liberté religieuse, il propose une analyse de cette situation à partir d’un point de vue helvétique.

De manière générale, partager ses convictions religieuses dans l’espace public est autorisé en Suisse. Partager ses convictions et ses croyances fait partie des libertés fondamentales protégées par les Droits de l’Homme. Ce n’est donc pas juste quelque chose que les autorités doivent tolérer : c’est un droit fondamental. Chacun a la liberté d’exprimer et de diffuser ses croyances, y compris dans l’espace public, dans la mesure où l’on s’abstient d’appeler à la haine ou à la discrimination.

En Suisse, le Tribunal fédéral a rappelé ce principe en 1999. Il a dit que le recrutement religieux sur la place publique faisait partie de la liberté religieuse et que ce principe comprenait le droit de s’adresser aux passants.

 

Un libre marché des idées

Personnellement, je suis reconnaissant de vivre dans un pays où il y a ce libre marché des idées et des croyances, et où chacun a la liberté de s’exprimer et d’entendre les autres, afin de se forger ses propres convictions.

Pourtant, à Paris – cela pourrait surprendre ! – une personne qui prêche dans le métro risque une amende de 60 euros. C’est que les sociétés de transport interdisent généralement toutes les actions qui viennent troubler la tranquillité des voyageurs : la mendicité, la propagande, la distribution de tracts ou la collecte de signatures. Ces règles des sociétés de transport me semblent légitimes. Comme le dit l’adage : « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ! » Or, dans une situation comme celle du métro parisien, nous sommes face à ce qu’on appelle une « audience captive ». Autrement dit : on est face à des personnes qui sont prises en otages, obligées d’écouter un discours tenu devant elles, même si cela ne les intéresse pas, comme c’est le cas dans cette vidéo. Or, il faut aussi respecter la liberté des autres, y compris leur liberté de ne pas vouloir entendre. En Suisse, le Tribunal fédéral dit quelque chose de similaire dans le cas de l’évangélisation de rue : si le passant interpellé dit : « Non, je ne suis pas intéressé », il ne faut pas insister et respecter sa réponse.

 

Supportable, l’amende de 60 euros !

Erin et sa mère ont affirmé que le risque encouru, soit 60 euros d’amende de temps en temps, était supportable. Elles continueront donc d’annoncer l’Evangile et de partager l’amour de Jésus-Christ dans le métro.

En tant que chrétien, est-ce là une décision compréhensible ? C’est bien entendu une décision qui leur appartient, mais, pour ma part, j’ai un avis différent. En tant que chrétien, je suis tout à fait d’accord avec l’importance de diffuser l’Evangile et l’amour de Jésus-Christ, mais je suis aussi très attaché au respect des autorités et des lois de mon pays. A mon avis, cela fait aussi partie de notre témoignage chrétien.

D’ailleurs, le principe de soumission aux autorités est bien établi dans la Bible. Alors, il peut y avoir des exceptions, des cas où ma conscience m’oblige à aller à l’encontre du droit et des autorités, et à en porter les conséquences ; mais cela doit rester aussi exceptionnel que possible. Nous vivons dans un pays où la liberté de diffuser ses croyances existe. Il y a donc des alternatives, autorisées, pour effectuer ce genre d’activités. Il me semble donc préférable de choisir des lieux et des formats autorisés.

Michael Mutzner, spécialiste des questions de liberté religieuse

Voir la vidéo d’Erin qui prêche la Bonne Nouvelle dans le métro à Paris.

Ecouter la chronique de Michael Mutzner:


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *