Il est aumônier à l’hôpital Riviera-Chablais… Il est aussi abbé dans la paroisse catholique d’Aigle et de Bex. Le mercredi 9 février, il est intervenu pour la première des épisodes 1 et 2 de « The Chosen » au cinéma Cosmopolis d’Aigle, à l’issue de la projection. L’abbé Vincent Lafargue était notre invité mardi 8 février dans un « R d’Actu » sur Radio R pour évoquer cette série phénomène que plus de 350 millions de personnes ont déjà visionnée, en partie en tout cas.

L’abbé Vincent Lafargue est un passionné de cinéma. Aumônier à l’hôpital Riviera-Chablais de Rennaz, il se dit surpris par la qualité de la série « The Chosen » de Dallas Jenkins. Invité de l’émission « Un R d’Actu » le mardi 8 février, cet ancien comédien, homme de radio et enseignant est séduit par le fait que la saison 1 de « The Chosen » soit projetée au cinéma en français, en première mondiale en Suisse romande. Parce qu’il faut regarder un tel film confortablement installé dans un fauteuil et sur grand écran, il a attendu la première projection au cinéma de Vevey le 2 février dernier pour commencer à visionner la série.

« Un Jésus anormalement normal ! »

« Avec « The Chosen », Jésus est anormalement normal ! lâche l’abbé de la paroisse catholique d’Aigle et de Bex. Il est l’un de nous. On pourrait le croiser au coin de la rue ! » De plus, la connaissance de Jésus se fait progressivement par des personnages « secondaires » comme le disciple Simon Pierre, le pharisien Nicodème ou Marie Madeleine, la femme quelque peu dérangée psychologiquement. Cette immersion progressive permet aux spectateurs de découvrir le monde de Jésus. Elle permet aussi de s’identifier aux personnages au point de se dire : « Cela pourrait être moi qui viens à la rencontre de Jésus… Et cette rencontre va tout changer dans la vie de ces disciples et va les rendre meilleurs », ajoute celui qui a répondu, la vingtaine passée à l’appel de Jésus à le suivre.

Une rencontre « fracassante » à 50 km/h

« Dans notre propre vie, il est essentiel de savoir ce que l’on suit ou qui l’on suit… Si c’est Jésus, cela bouleverse toute une vie, parce que se mettre à la suite de Jésus, cela signifie se jeter dans l’inconnu, parce qu’avec lui il n’y a aucune journée qui ressemble à une autre », complète l’abbé hyperactif.

C’est à la suite d’un accident de moto que Vincent Lafargue a entendu cet appel de Jésus qui retentit aussi régulièrement dans « The Chosen » : « Suis-moi ! » « J’étais catholique pratiquant culturel, explique l’abbé. C’est de manière « fracassante » à 50 km/h, sur une moto et contre une voiture, que j’ai rencontré le Christ voilà bientôt 22 ans. Ce fut même l’une des plus belles rencontres de ma vie », ajoute celui qui a passé, à la suite de ce choc frontal, plusieurs mois à l’hôpital et en rééducation. « Cet accident où j’ai vécu une expérience de mort imminente a été l’occasion de tout changer et de reprendre différemment. L’apôtre Paul a connu son chemin de Damas en tombant de cheval, moi une véritable conversion, lorsque je suis tombé de moto ! »

Aujourd’hui, Vincent Lafargue est l’un des abbés les plus médiatiques de Suisse romande. Il publie quasi quotidiennement des twitthomélies et propose chaque dimanche des méditations chrétiennes, notamment dans l’émission « Célébration » sur Radio R, peu après 9h.

Serge Carrel

Pour découvrir les prochaines projections de « The Chosen » en Suisse romande.

 Ecouter l’émission « Un R d’Actu » du mardi 8 février avec l’abbé Vincent Lafargue