Contactez-nous au 079 332 9000

Un R dans la tête

Ils sont jeunes, passionnés de musique, et travaillent tous les deux à la technique chez RADIO R. Depuis peu, Errol O’Conner et Nathan Freymond proposent chaque jour « Un R dans la tête » : une heure de musique de leur choix, pour le plus grand plaisir de nos oreilles ! Comment vivent-ils cette expérience ?



Quel sentiment cela vous fait de passer de l’autre côté du micro ?
Errol : C’est un défi ! Je n’aime pas trop entendre ma voix; mais, avec la pratique, je vois que je me reprends de moins en moins et je me sens à l’aise. Mon seul souci est que le français n’est pas ma langue maternelle.
Nathan : ça fait bizarre; c’est intimidant au début d’être au premier plan avec sa voix, mais c’est aussi assez grisant.

Quels sont vos critères de choix  musicaux ?
Errol : Pour ma part, je m’occupe des titres anglophones. Je choisis la plupart du temps des chansons qui me plaisent et dont j’ai envie de partager le message et la musique avec les auditeurs. Des chansons joyeuses, plutôt; c’est ce que je préfère.
Nathan : Une heure de programmation avec seulement de la chanson française, c’est défiant pour moi. Je m’attache surtout à la qualité des textes, des arrangements et de la production en général. Personnellement, je n’ai pas un style particulier, ce sont surtout les textes qui m’intéressent.

Où trouvez-vous vos chansons ?
Errol : J’écoute en moyenne trois heures de musique par jour. C’est vraiment ma passion. Je cherche aussi de nouveaux morceaux sur YouTube. Evidemment je discute beaucoup avec des passionnés de musique, dont mon plus jeune frère.
Nathan : En fait, j’écoute en permanence de la musique sur YouTube, Spotify ou autres. Je suis aussi à la recherche de nouveaux artistes et suis les concours de chant comme The Voice ou Nouvelle Star. Mon grand frère me donne également plein d’idées.

Des frères inspirants… et des papa aussi 😉
Errol : Oui, c’est vrai, mon père a animé pendant plusieurs années une émission de rock chrétien dans la région où nous vivions aux USA. C’était assez précurseur.
Nathan : En son temps, mon père avait créé une série d’émissions radio pour Radio Réveil mais, à l’époque, on trouvait qu’il avait un trop gros accent vaudois, alors ce n’était pas lui qui parlait !

ut elit. Nullam efficitur. id, libero sit in accumsan consequat.