En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Musique

00:00 06:00

Emission en cours

Musique

00:00 06:00

Background

Réflexion spirituelle

Page : 3

Vendredi 15 et dimanche 17 avril prochains, RADIO R la radio chrétienne de Suisse romande met les petits plats dans les grands à l’occasion des célébrations pascales. Avec Noël, Pâques sont des occasions très spéciales pour replacer le divin au milieu de la fête et les églises au milieu du village. La radio nous offre un moyen inégalé de diffuser la bonne nouvelle du Christ ressuscité grâce à 12 antennes en Suisse romande. Dès 6h00 du matin et jusqu’à minuit ce sont émissions spéciales qui ont été programmées pour cette journée particulière. Des représentants des églises réformées, adventistes, catholiques et évangéliques participeront à cette programmation. Eclairage.

L’Armée du salut est engagée dans la lutte contre le sans-abrisme en Suisse. Largement sous-estimé au niveau fédéral, ce phénomène fait l’objet de toute l’attention d’Agnès Wahli, directrice des institutions romandes de l’Armée du salut. Rencontre avec cette femme qui dirige aussi le centre d’accueil d’urgence La Marmotte à Lausanne. Une interview d’« Un R d’Actu », à lire et à écouter.

Comment allez-vous aujourd’hui … franchement? On parle de crise écologique majeure mais aussi de la guerre en Europe. Comment allez-vous quand votre conjoint qui est gravement malade ou que votre enfant qui va tellement mal ? Franchement, comment arrivez vous encore à espérer au milieu de tous ces événements ? Une amie me disait souvent: Comment va ton coeur ? Laissez-moi vous demander: Comment va votre espérance ? On a tellement l’impression de passer d’un problème à un autre sans pouvoir souffler entre deux.

L’intergroupe parlementaire « Chrétien & politique » au Palais fédéral à Berne a invité « les personnes en Suisse à la prière et à la solidarité concrète ». Pour parler de cet « Appel à la prière pour l’Ukraine », « Un R d’Actu » a reçu le vendredi 18 mars Laurent Wehrli, conseiller national, et Ernest Geiser, intercesseur au Palais fédéral. Un article à lire et une émission à écouter.

« Un quartier de banlieue désert, en pleine nuit, totalement inconnu. Pas un chat, personne. Quelques ombres, de rares lumières blafardes et une légère pluie fine. Une ambiance digne des meilleurs films de Hitchcock. Je suis seul, perdu, sans téléphone. Il y a bien une cabine téléphonique, mais pas de téléphone.
Que faire ?… Et là, il me vient une idée. »

On parle volontiers d’inclusion, d’acceptation, d’accueil. Bien que parfois, les paroles restent lettre morte car on se heurte à des barrières de tout type et de toute idéologie. Nous avons une grande occasion, aujourd’hui, d’aider des personnes en souffrance, de les secourir et de les soutenir. Faisons-le avec amour, sans jugement, avec bienveillance et acceptation inconditionnelle. Soyons l’arbre qui aide à dépasser les barrières imposées par la guerre, par le mépris et par l’injustice.

Au cours de nos vies, nous traversons des périodes de changements familiaux, sociales, professionnelles, dans lesquelles nous rencontrons de nouvelles personnes et nous devons apprendre à les connaître et à les aimer. Nous vivons aussi des périodes durant lesquelles nous rencontrons des divergences avec des personnes de notre entourage, nos connaissances, nos collègues, etc, et durant ces temps nous pouvons avoir tendance à les aimer moins, ou même à remettre en cause l’amour que nous leur portons.

Il existe une expression française qu’on utilise pour féliciter quelqu’un pour son attitude bienveillante. “Tu es bon comme du bon pain”. J’aime la mélodie qui ajoute de la saveur à cette expression lorsqu’on la dit en italien : “sei buono come un pezzo di pane”.

Savoir encourager, ce n’est pas toujours évident. On recherche les meilleures paroles pour soutenir, réconforter et encourager. Cette recherche n’est pas toujours facile. Parfois, on ne sait pas ce qu’il convient de dire, ou de ne surtout pas dire. Le dialogue, parfois, se fait difficile même avec Dieu, pourtant il est bavard.

Il est pasteur dans l’Église évangélique méthodiste de Metz. Christophe Hahling a été pendant plus de 20 ans aumônier dans plusieurs prisons de France. Il voit dans la justice restaurative un complément nécessaire à la justice pénale rétributive, afin d’inscrire les détenus et leurs victimes dans une dynamique relationnelle, orientée vers la restauration et la guérison. Afin que le shalom biblique puisse trouver un lieu d’expression dans la gestion de nos conflits (1).