Il y a 2000 ans, à la fête de Pâque, 150 000 pèlerins venaient à Jérusalem, qui comptait 30 000 habitants. Vous imaginez le monde ?!
Des hôtels et pensions surchargés, des restaurateurs se frottant les mains, de nombreux stands de vente.
Et dans les évangiles, une curiosité : « Parmi les participants à la fête, il y avait aussi quelques Grecs. » Que cherchent-ils à Jérusalem ?

On connaît la Pâque dans la Grèce antique. Mais ces Grecs-là ont un objectif bien précis.
Verset 21 : « Ils s’approchèrent de Philippe et lui demandèrent : « Nous désirons voir Jésus ! » »
Ils ne souhaitent pas voir Jésus, ils désirent le voir. Ils ont lu les textes parlant de ce Jésus. Ils savent aussi que Jésus se trouve dans la partie du temple à laquelle les non-Juifs n’ont pas accès.
C’est pourquoi ils s’adressent à Philippe.
Ils ne se laissent pas égarer par la musique, le bruit, les gens. Ils veulent rencontrer Jésus.
Philippe les conduit. « C’est là, dans un endroit éloigné de toute cette agitation, que tu peux rencontrer Jésus. »
On ne peut pas rencontrer Jésus dans le bruit et l’agitation. On le rencontre dans le silence.
Jésus rencontre chacun avec calme : « Je me tiens devant la porte et je frappe. Je n’essaie pas d’enfoncer la porte avec un bélier ! Je ne fais que frapper.
Tu ne l’entends peut-être pas bien. Déconnecte-toi et fais silence. Et si tu m’entends et que tu m’ouvres, tu ne le regretteras pas. »
Chut… – tu entends ?

Claude Villard

La réflexion de Claude Villard sera diffusée sur RADIO R le dimanche de Pâques à 10h10 et en nouvelle diffusion à 16h10.