Depuis jeudi 17 février, presque toutes les mesures de restrictions liées à la pandémie de Covid-19 ont été levées en Suisse. Dans ce contexte de liberté retrouvée pour les Eglises, « Un R d’Actu » fait le point avec Christian Kuhn, directeur du Réseau évangélique suisse, et Philippe Henchoz, pasteur dans l’Eglise évangélique de Meyrin à Genève (FREE), lui qui a beaucoup publié sur la vie d’Eglise durant la pandémie (1).

« A voir le nombre de « posts » d’évangéliques sur les réseaux sociaux, on peut dire que c’est la fête ! » Invité dans l’émission « Un R d’actu » sur Radio R au lendemain de la décision du Conseil fédéral de lever les restrictions liées à la pandémie, Christian Kuhn, directeur du Réseau évangélique suisse (RES), ne cache pas son soulagement. Celui qui pendant des mois a incarné la gestion de la pandémie pour l’ensemble des Eglises évangéliques romandes lâche : « Je me réjouis de pouvoir mettre l’accent sur d’autres projets… La levée en une fois des mesures sanitaires est un soulagement. L’an dernier, nous avons vécu des assouplissements progressifs, mais c’était compliqué à mettre à jour et assez pénible pour les Eglises ! »

Reconnaissance aux autorités

Autre invité d’« Un R d’Actu » le jeudi 16 février et autre accent. Philippe Henchoz, pasteur dans l’Eglise évangélique de Meyrin (FREE), exprime sa reconnaissance aux autorités « qui ont suivi de près la situation et dont les mesures sanitaires n’ont pas été éternelles, ce qui est de nature à nous mettre en joie ! » Tout de suite toutefois, ce pasteur tempère. Il rappelle que ces quasi deux ans de pandémie – qui n’est pas terminée ! – laissent des personnes fragilisées et sévèrement impactées, y compris ces derniers jours par le variant omicron. La levée des restrictions, pour ces personnes, ne signifie pas le début de la fête.

Ce 16 février marque d’une certaine façon, selon Christian Kuhn, le retour à la vie d’avant mars 2020. Contrairement à d’autres milieux d’Eglises qui invitent à garder encore certaines distances physiques ou à éviter les franches accolades, le directeur du RES « ne croit pas qu’il faille maintenir quoi que ce soit, même si pour un temps le maintien d’une certaine distance sociale serait intelligent… Mais dans notre milieu marqué par la proximité, les relations et le toucher même, respecter de telles distances est juste impensable ! » Pour Philippe Henchoz, la responsabilité individuelle doit dans ce contexte jouer tout son rôle. « Si aujourd’hui, une personne ne souhaite pas être embrassée ou serrer la main de quelqu’un, il s’agit de respecter cela. »

Fragilité et suivi de Jésus

Retour à la vie d’avant ? « Mais pas tout à fait quand même ! » relève Christian Kuhn. Ces deux ans de pandémie ont suscité de nombreuses prises de conscience, avec passablement d’épisodes difficiles. « Nos Eglises sont fragiles, très fragiles ! relève le pasteur Philippe Henchoz. Nous mettons beaucoup d’énergie à construire une communauté et il faut très peu de temps pour tout détruire ! »

Des questions sur le sens de la vie communautaire se sont aussi posées. L’émergence de l’« Eglise pyjama » où les chrétiens participent au rassemblement dominical confortablement installés dans leur canapé, devant leur poste de télévision, a fait passer nombres d’évangéliques romands de la communauté chrétienne « restaurant spirituel » à la communauté « take away ». Tant Christian Kuhn que Philippe Henchoz considèrent que cette période aura rappelé chacun à l’essentiel : la vie communautaire n’est pas le tout de la vie chrétienne. L’important est de savoir comment être personnellement disciple de Jésus-Christ dans son quotidien, alors qu’on est seul ! « Le temps d’arrêt du confinement a été intéressant, ajoute le directeur du RES. De nombreuses personnes se sont retrouvées sans activités d’Eglises, qui leur paraissaient essentielles à leur vie quotidienne. Ces gens, dont certains de mes proches, se sont mis à réimaginer leur vie de foi et ont pris des décisions importantes. » Entre autres, diminuer leur temps de travail pour consacrer davantage de temps à leur famille ou aux habitants de leur quartier, choisir d’incarner l’Evangile dans des réalités locales en lien avec leur communauté chrétienne ou non…

Retour à l’Eglise… des après-culte et des repas communautaires

Autant de questions et de réflexions que la levée des restrictions sanitaires n’éteindra pas. Pour l’heure, ces prochaines semaines sont aux réjouissances de retourner à l’Eglise sans limitation du nombre de personnes. « A Meyrin, nous sommes heureux de pouvoir à nouveau célébrer le culte ce dimanche avec les enfants, annonce Philippe Henchoz, et de pouvoir prendre un café à l’issue de ce moment… et dans dix jours de partager ensemble un repas communautaire ! »

Serge Carrel

 Le communiqué de presse du Réseau évangélique suisse en lien avec la levée des restrictions sanitaires.

Note
1 Voici différentes réflexions de Philippe Henchoz:
 Philippe Henchoz, « Eglises et Certificat Covid : ‘Je suis inquiet !’ », lafreeinfo, 17 septembre 2021.
 Philippe Henchoz, « Après un an de pandémie et de confinement… », lafreeinfo, 18 février 2021.
 Philippe Henchoz, « L’Église en temps long de Covid-19… », lafree.info, 13 novembre 2020.
Philippe Henchoz, « L’Église ‘post covid-19’: ‘Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait?’ », lafree.info, 10 septembre 2020.
Philippe Henchoz, « L’Église ‘post covid-19’ (?) », lafree.info, 3 juillet 2020.

L’émission « Un R d’Actu » du jeudi 17 févier à écouter ici: