camion pompiers

Je voudrais pour vous, chers amis, une année sans aucun problème de santé ni de contraintes relationnelles, ni de soucis économiques, ni…, ni…, ni aucune autre situation négative. Mais vous savez bien que ce n’est pas possible. Ce n’est pas possible parce qu’il faut laisser passer le camion des pompiers.

C’est pourquoi je souhaite de tout mon cœur que, peu importe ce que nous apportera cette nouvelle année, nous puissions nous faire confiance à nous-mêmes, faire confiance aux autres et laisser Dieu avoir confiance en nous. C’est dans cette tridimensionnalité que se trouve un équilibre indispensable à notre bonheur intérieur. C’est l’équilibre de l’amour. Il ressort de ceci une question qui, un jour a été adressée à Jésus. Mais avant de vous lire la question et la réponse que Jésus y a apportée, il faut que je vous parle brièvement du facteur de l’équilibre et de la façon de concevoir l’état d’équilibre par le respect des lois.

Le facteur d’équilibre et perte de confiance
Par exemple : les changements climatiques sont une rupture de l’équilibre naturel produit par la violation des lois de préservation de notre planète. Par conséquence, des dévastations et des inondations causent des milliers de victimes. La rupture des équilibres économiques et sociaux, sont à l’origine de conflits qui jettent des millions de personnes dans un état d’extrême pauvreté. La violation des lois qui régissent notre planète génère inégalités, injustices, et fragilise notre société. Un signe évident de cette crise globale est la perte de confiance. On ne croit plus à ce que nous racontent les médias, à ce que décident les autorités et à ce que croient les institutions religieuses. Même la famille, qui était autrefois considérée comme la cellule de la société, a été bouleversée et affaiblie à cause des relations interpersonnelles qui deviennent de plus en plus fragiles. Les séparations et les divorces ont désormais atteint le seuil du 50% des mariages. Une union sur deux se rompt. La violation des lois de la santé pourrait être à l’origine de la pandémie qui nous a plongés dans la plus grande crise d’instabilité mondiale. À la base de tout déséquilibre, il y a violation d’une loi. Donc par opposition, le respect des lois produit l’équilibre, la justice et l’harmonie.

La question qui a été adressée à Jésus
Le récit se trouve dans l’évangile de Matthieu au chapitre 22 versets 34 à 40.
Quand les pharisiens apprirent que Jésus avait réduit au silence les sadducéens, ils se réunirent. Et l’un d’eux, un spécialiste des Écritures, voulut lui tendre un piège ; il lui demanda : « Maître, quel est le plus grand commandement de la Loi ? » Jésus lui répondit : « “Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton être et de toute ta pensée.” C’est là le commandement le plus grand et le plus important. Et voici le second commandement, qui est d’une importance semblable : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même.” Toute la loi de Moïse et tout l’enseignement des prophètes dépendent de ces deux commandements. »
Le contexte met en évidence un conflit d’autorité sur l’attribution du pouvoir dans le domaine religieux. Si les sadducéens, un groupe moyennement orthodoxe, n’avaient pas réussi à mettre Jésus en difficulté, c’est aux pharisiens, plus conservateurs que jamais, de tenter leur chance. Les pharisiens réclament une déclaration sur le commandement le plus important. En d’autres mots : ils veulent que Jésus dise quelle est la loi la plus importante, et laquelle l’est moins. Vous comprenez bien le piège. La réponse de Jésus aurait pu donner naissance à de nouvelles croyances, à une nouvelle éthique, à la dissolution d’un ancien mouvement religieux ou l’émergence d’un nouveau.

Qui passe en premier ?
Je me rappelle assez bien mon examen de permis de conduire. L’une des questions du test écrit présentait l’image d’un carrefour à 4 voies, avec priorité de droite. À ma droite, il y avait la police, en face une ambulance, et à gauche le camion des pompiers. Dans quel ordre les véhicules devaient-ils passer tout en respectant le code de la route ? Qui passait en premier ? Qui était le plus important, le plus indispensable parmi ces véhicules ? Cela peut vous paraître très cruel, mais transposez cette situation dans un hôpital qui dispose d’un seul lit et que le personnel soignant soit obligé de trier les patients. Qui va passer en premier ? Qui est le plus important ? Le choix déterminera une nouvelle éthique des soins qui affectera, par conséquence, le comportement des malades et de leurs proches. J’espère avoir pu, avec ces exemples, vous aider à saisir la portée de la question posée à Jésus : “Maître, quel est le plus grand commandement de la Loi ?”

Une réponse prévisible
Jésus lui répondit : « “Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton être et de toute ta pensée.” C’est là le commandement le plus grand et le plus important. Et voici le second commandement, qui est d’une importance semblable : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même.” Toute la loi de Moïse et tout l’enseignement des prophètes dépendent de ces deux commandements. » (verset 37-40)
La réponse de Jésus est extraordinaire, surprenante mais pas assez imprévisible, parce que Jésus ne fait que répéter les paroles du “Notre Père” des Israélites, connu sous le nom de “Chema Israël”, c’est-à-dire: Écoute Israël. Ces paroles sont tirées du chapitre 6 du livre du Deutéronome : Écoute, Israël ! Le Seigneur, notre Dieu, le Seigneur est un. Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. (versets 4 et 5)

Voilà une réponse claire. Le commandement le plus important est d’aimer Dieu, le seul Unique. De nos jours, beaucoup développent une spiritualité individualiste, personnelle, presque égocentrique. On recherche l’équilibre avec l’environnement, les éléments de la nature, son être intérieur. Mais Jésus continue avec les paroles d’un autre livre de la Bible, le Lévitique, en citant le chapitre 19 au verset 18 :
Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis le Seigneur (YHWH). Ce deuxième commandement est « d’une importance semblable au premier », dit Jésus. Voilà qui concrétise la tridimensionnalité relationnelle qui est garantie d’équilibre chez tout croyant. Aimer Dieu, aimer le prochain, et s’aimer soi-même. “ Tu aimeras ton prochain comme toi-même. ”

Dieu stabilisateur de nos relations
Plusieurs fois, j’ai rendu visite à des personnes qui ne voulaient plus participer à la vie d’église. Certains ont motivé leur absence en disant : Dieu est partout, on n’a pas besoin d’aller à l’église pour le rencontrer et le prier. Oui, c’est tout à fait vrai, mais ce n’est pas équilibré. L’équilibre s’obtient par l’amour du prochain, qu’on rencontre partout, même à l’église. Un amour qui ne doit pas être ni plus ni moins que l’amour dont nous avons besoin, et Dieu par son amour est le dispositif stabilisateur de nos relations.
Chers amis, si vous vous trouvez au carrefour de la vie et que vous devez prioriser un choix, faites le bon choix en vous laissant aimer par Dieu, qui vous aide à vous aimer vous-même et à aimer les autres.
Donc, qui a la priorité entre vous, la police, une ambulance et le camion des pompiers ? La priorité est au camion des pompiers. C’est le véhicule qui peut sauver le plus de personnes.
Bonne année.
Daniele Zagara