Je suis la maman de deux filles, qui sont maintenant grandes, et il y a quelques jours, j’ai eu une discussion avec l’une d’elles, sur la place du père dans la famille d’aujourd’hui.
C’était l’occasion pour moi-même de me souvenir et de réfléchir sur l’importance du père dans la vie d’un être humain. C’est vrai, à quoi sert un père?

Eh bien, on dira qu’il sert à nourrir sa famille, à la protéger, à élever ses enfants…bref, il est indispensable. Dans la Bible, il nous est raconté un événement où Jésus enseignait sur une montagne. Lors de cet enseignement, il a parlé de son père à lui, qu’il dit aussi être notre père, et de l’importance du père…dans la vie de son enfant. Je vous invite à lire avec moi ces paroles qu’il a dites.
Nous le lirons dans le Nouveau Testament, dans le livre de Matthieu chapitre 7, les versets de 7 à11.

Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, qui cherche trouve, et à qui frappe on ouvrira. Si son fils lui demande du pain, quel est parmi vous celui qui lui donnera une pierre ? Ou bien, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent ? Si donc vous, tout en étant mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui le lui demandent !

Jésus dit que ce père céleste-là pourvoit à tous les besoins de ses enfants et il le fait de la meilleure des façons. Les pères, en général, sont indispensables. C’est vrai, il y a un manque quand on n’a pas de père.
Il y a un manque quand il n’y a personne pour subvenir aux besoins d’un enfant. Nous les être humains, nous avons et la raison et le coeur qui nous disent de subvenir aux besoins de nos enfants, en plus de l’instinct que nous avons aussi…Mais les animaux eux n’ont que l’instinct. Et rien que l’instinct pousse déjà à subvenir aux besoins de ses petits.
Vous avez en tête sûrement beaucoup d’exemples d’animaux qui nourris-sent leurs petits et les protègent…moi, l’image qui me vient tout de suite, c’est celle d’un nid d’oiseau avec des oisillons qui ouvrent le bec, alors qu’un parent arrive avec de la nourriture. J’ai aussi l’image d’une poule avec ses nombreux poussins…elle les protège farouchement, alors qu’elle est tout à fait craintive quand elle est toute seule.

Avec l’amour et la raison
Si rien que l’instinct nous pousserait à subvenir aux besoins de nos enfants, avec l’amour et la raison, l’importance de cet acte de nourrir et de protéger décuple…et le vide est d’autant plus important quand cette prise en charge manque. A Madagascar, le pays d’où je viens, il y a un village qui s’appelle Akama-soa; c’est un village qui était construit pour les enfants qui n’avaient per-sonne pour subvenir à leurs besoins. C’est un prêtre qu’on appelle père Pedro qui en est le fondateur, peut-être que vous en avez entendu parler, mais le père Pedro a vraiment répondu à un manque crucial en oeuvrant pour ces enfants qui n’ont personne pour subvenir à leurs besoins. Oui, un père sert à subvenir aux besoins de ses enfants, et le père de Jé-sus aussi, qu’il nous invite à adopter comme notre propre père, ce père aussi nourrit ses enfants…c’est pour cela que Jésus nous dit de ne pas avoir peur de lui demander, comme il le dit dans la parole que nous venons de lire…
Et il l’a dit plus d’une fois, notamment dans la plus connue des prières, qu’il a enseignée et qui s’appelle « le notre Père ». Cette prière du notre Père contient cette phrase qui dit: « Donne-nous notre pain quotidien ».
Donner le pain quotidien fait partie des choses qu’on attend d’un père.
Néanmoins, vous serez d’accord avec moi pour dire qu’on ne peut pas ré-duire le père à sa fonction de nourricier, il est bien plus que cela.
Il est bien plus même que celui qui prend en charge son enfant, qui le protège, qui le construit…

Un enfant c’est un bout de son père
Avant toute chose, il est celui à qui un enfant doit sa vie, n’est-ce pas? Tout ce qu’un père pourrait faire pour son enfant, il ne pourrait le faire s’il n’y avait pas d’abord l’enfant…
Un enfant c’est un bout de son père, il fait partie de l’identité de son père… Il y a une expression qui dit « Tel père tel fils » pour dire que le père et fils se ressemblent… oui, ils se ressemblent, puisque c’est le père qui a produit le fils…et je ne parle même pas de tout ce qu’un enfant hérite de son père en terme de physique, de talent ou autre… Par exemple, moi, j’ai un certain nombre de caractéristiques qui font partie de mon identité et qui me sont transmises par mon père…comme mon père, j’écris des chansons, comme lui, j’aime la musique, j’ai un peu de ses traits aussi et j’ai aussi ses défauts peut-être… Ma fille ressemble tellement à son père, que quand le collègue de mon mari l’a vue, quand elle était petite, il a dit à mon mari « Oh, on dirait un mini-toi! »

Concerne l’identité des deux personnes
Ce que je veux surtout dire, c’est que la relation père-enfant, qu’il soit fils ou fille, concerne l’identité des deux personnes … le père et le fils …ou le père et la fille…
C’est l’enfant qui fait du père un père, donc il ne faut pas que l’enfant ait peur de dépendre de son père, car en dépendant de son père, il le considère, il le met à sa place de père, il le rend entier…sans les attentes de son enfant, un père ne serait pas un vrai père. Moi, je suis une mère, et ça fait partie de mon identité… si on ne reconnait pas cette maternité-là qui me définit, c’est moi-même qu’on efface…
Mais un père n’est pas différent, si on ne reconnaît pas la paternité qui le définit, c’est lui qu’on efface…Bref, quand je demande quelque chose à mon père parce qu’il est mon père, eh bien je lui fais plaisir, car je prouve que je le mets dans sa place de père, je l’honore et en plus, j’obtiens ce qu’il me faut, il me le donne…

Nous avons tout à gagner à considérer Dieu son père
Les paroles de Jésus que nous avons entendues aujourd’hui ne disent pas autre chose. Ça dit qu’un père va toujours se dépenser, se donner pour son enfant…et Jésus dit que nous avons tout à gagner à considérer Dieu son père, comme notre père à nous, puisqu’il l’est! Il l’est! La preuve, c’est à lui que nous devons notre vie. Il a commencé par d’abord nous donner la vie…ça c’est le gâteau…tout le reste qui a suivi, n’est que la cerise sur le gâteau…il nous a d’abord donné la vie et ensuite il nous a nourris, protégés, construits, élevés….. il y a beaucoup de cerises sur le gâteau. Peut-être que celui qui t’a donné la vie, ton papa terrestre, a été absent, peut-être qu’il ne t’a pas protégé(e), il ne t’a pas nourri(e), peut-être qu’il ne t’a pas élevé(e), il ne t’a pas reconnu(e), peut-être qu’il est violent…

Jésus te dit aujourd’hui que Dieu, ton vrai papa, n’est pas comme cela, lui il t’aime…
Aucun être humain n’est parfait, il n’y a pas un seul papa parfait sur la terre, mais lui, il est Dieu et il est parfait.
S’il t’a donné la vie, s’il a gardé ta vie jusqu’à maintenant, c’est qu’il a tou-jours un plan à poursuivre dans ta vie, il a encore beaucoup beaucoup à donner…comme un père qui veut se donner. Il te demande de reconnaître sa valeur et de le mettre à sa place de père en lui demandant ce que tu veux…tout ce que tu veux en lui faisant confiance en l’appelant tout simplement Père.

Il ne va pas te décevoir en te donnant quelque chose de pas bon pour toi, comme a dit Jésus.
Ma prière t’accompagne toi, à qui ce message a parlé, et que Dieu le Père te garde!
Je vous dis à bientôt
Felana Rasolondraibe

 

Felana Rasolondraibe est une chanteuse d’origine malgache. Née dans une famille chrétienne, elle est passionnée de la Parole et de la musique. Elle a à coeur l’unité des chrétiens dans la diversité et sert actuellement dans une communauté chrétienne œcuménique malgache. Elle vit à Genève avec son mari et ses deux filles.
https://www.felana.ch/