Hélène Fisher était l’une des intervenants de la Journée annuelle de Portes ouvertes le samedi 25 septembre à Yverdon-les-Bains. Cette politologue a fait part des résultats d’études sociologiques des persécutions en fonction du genre, parce qu’aujourd’hui, si on est chrétien, femme ou homme, on n’est pas, persécuté de la même manière sur la planète. Prise de conscience au travers de l’émission « Un R d’Actu » sur RADIO R.

Dans son travail avec Portes ouvertes, une ONG de défense de la liberté religieuse dans le monde, Hélène Fisher s’est spécialisée ces dernières années dans l’étude de la persécution en fonction du genre.

Suite à une expérience de terrain
En 2014, alors qu’elle séjourne en République centre africaine, elle prend conscience que la persécution des hommes et des femmes n’est pas identique. Alors qu’elle accompagne Grace, une femme violée par des miliciens devant son mari tenu prisonnier, elle réalise que l’accompagnement de ce couple ne devra pas être identique, qu’il faudra un suivi spécifique au type de persécution qu’a enduré la femme et au type de persécution endurée par le mari.

Un approfondissement grâce à l’Index de persécution
Grâce à l’Index mondial de persécution des chrétiens que publie chaque année Portes ouvertes, les données récoltées peuvent être analysées avec un nouveau regard : en fonction des persécutions endurées selon le genre. Surprise : ces persécutions ne sont pas identiques selon qu’on est une femme ou qu’on est un homme. Pour les femmes chrétiennes, les trois premières formes de persécutions – les « points de pression » comme on les appelle dans l’ONG – sont : les mariages forcés, la violence sexuelle et la violence physique. Pour les hommes chrétiens, les trois premières formes de persécution sont : la violence physique, le harcèlement économique et l’emprisonnement par un gouvernement.
A l’heure où Portes ouvertes développe son accompagnement des victimes de persécution, cette analyse permet une approche plus fine des besoins des uns et des autres, en vue de la restauration des personnes suite à leur vécu traumatique. (c)

Pour aller plus loin : « Same Faith, different persecution », WWR 2021 Gender-Specific Religious Persecution (GSRP) Report, Mars 2021.

Voir aussi le site de l’ONG Portes ouvertes.

Ecouter l’émission « Un R d’Actu » avec Hélène Fisher.